Août 2021 :
la légèreté ?

Après les mois de lourdeur imposés par un confinement pollué d’informations sinistres, nous voici à nouveau à l’air libre. La présence de l’été vient renforcer une insouciance retrouvée par-delà les grondements annonciateurs d’une nouvelle vague pandémique. Trop c’est trop, le vase déborde. Déliés, sommes-nous pour autant plus légers ? Ne confondons-nous pas « léger » et « superficiel », « légèreté » et « divertissement » ?

Si l’aisance des surfaces et les distractions plaisantes sont indispensable à notre repos, l’accès à une légèreté d’un autre ordre est nécessaire à notre mouvement – aux mouvements qui nous font évoluer et franchir des seuils. L’enseignement de Nietzsche est, sur ce point, éclairant. La légèreté, dit-il, est le propre d’un esprit qui libère ses épaules des charges endossées par les « oui » prononcés à la place des « non » éprouvés. Cet esprit se déleste également des ornements, des faux devoirs et des opinions ambiantes, ces écorces qui servent à dissimuler aux autres et à soi une mollesse intérieure qui donne le vertige. Courbé, « l’esprit de lourdeur » mastique et rumine. Analysant en permanence pour mieux digérer, il rend sa vie indigeste et pesante à porter.

Pour gagner la légèreté qui rend l’existence humaine aimable à travers ses difficultés incontournables, il faut « apprendre à s’aimer soi-même ». Non pas d’un amour égocentrique et frileux, mais « d’un amour sain et bien portant ». Cela signifie pour commencer … « se supporter soi-même ». Ne pas vagabonder pour se fuir. S’appliquer au contraire à maintenir verticale et souple à la fois sa colonne vertébrale existentielle, et cela quoi qu’il en soit des événements. Ainsi, l’obstacle rencontré, aussi rude soit-il, ne sera pas vécu comme une agression mais comme un hasard qui nous ressemble…

À l’image des nuages qui, sur fond de ciel, composent en dansant des formes aux contours imprévisiblement changeants et irisés, « l’esprit léger » retrouve le « sérieux de l’enfance » : il apprivoise la vie la questionnant et en jouant. Ainsi dure longtemps le bel été !

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
La consultation philosophique

Renseignez ce formulaire
et je vous contacterai dans les meilleurs délais

Cookies

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

Consulter nos mentions légales & politique de confidentialité