Janvier 2020 : l’ouverture

Toute année qui commence ouvre une nouvelle porte à nos cheminements. Certains d’entre eux poursuivront le cours des temps qui précèdent, d’autres bifurqueront. Il en est qui vont s’interrompre pendant que d’autres, inattendus, surgiront. L’art d’avancer exige que nous prenions du passé ce qui promet l’invention de l’avenir.

Entreprise difficile ! Car les murs semblent fréquemment plus rassurants que le plein air. Suivre un itinéraire paraît souvent conduire plus rapidement au but visé que le détour. Notre culture, fortement marquée par Aristote, nous a transmis la peur du vide. Notre science, fortement imprégnée  de déterminisme, nous a légué la manie de la programmation. Nos préjugés, notre volonté de contrôle, nos délires, nos habitudes forment des parois épaisses que nous imaginons protectrices. 

Or il nous faut apprendre à passer par une porte qui, bien plantée dans un sol déjà fertilisé, peut affronter, debout, les caprices du ciel. Une porte qui, ancrée dans un sol qui est commun à tous, ouvre une voie toute singulière pour chacun.

Et c’est de cela dont notre futur a besoin. De cheminements très personnels qui, s’entrecroisant et s’entrefécondant, créent les ramifications feuillues d’un arbre – l’arbre de notre destin d’humains.

Eugénie Vegleris

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Renseignez ce formulaire
et je vous contacterai dans les meilleurs délais

Cookies

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

Consulter nos mentions légales & politique de confidentialité